Skip to content

Le blocage des sites adopté en France

February 12, 2010

Hier geht’s zum deutschen Artikel

L’Assemblée Nationale française a adopté hier matin plusieurs parties du projet de loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (LOPPSI), entre autre l’article 4 qui vise à filtrer Internet afin de lutter contre la pédopornographie en ligne.  Dans le cadre de la LOPPSI, qui impose le filtrage du net aux fournisseurs d’accès à internet sur demande de l’autorité administrative, le blocage devra nécessairement se faire avec l’accord de l’autorité judiciaire.

En Allemagne cependant, une telle loi a été largement critiquée pour des raisons d’inefficacité, de problèmes de faisabilité sur le plan technique et de la protection des libertés digitales. L’opinion politique allemande a donc changé pour favoriser plutôt une fermeture des sites au lieu du blocage et de mettre ainsi en place une loi plus efficace.

En France, le gouvernement s’est opposé à tout amendement qui aurait minimisé les risques de dérives dans la mise en œuvre. Selon le magazine Numerama, LOPPSI

est irréaliste sur un plan technique, pose de graves risques de sur-blocages incompatibles avec le respect des libertés d’expression et de communication, et pourrait même être contreproductif. Il va simplement conduire les pédophiles (qui cependant n’ont pas attendu la LOPPSI pour ça) vers des moyens alternatifs de distribution, chiffrés et souvent payants, qui alimentent les réseaux criminels en mettant à l’abri leurs utilisateurs.

Egalement très instructif est le témoignage d’une personne dans un article de Numerama après une assimilation négligente des termes pédophilie et pédocriminalité.

Pour conclure, le président Sarkozy, dans ses vœux au monde de la culture, a déclaré le 7 janvier 2010 que

plus on pourra dépolluer automatiquement les réseaux et les serveurs de toutes les sources de piratage, moins il sera nécessaire de recourir à des mesures pesant sur les internautes. […] Il faut donc expérimenter sans délai les dispositifs de filtrage.

A cela, Jérémie Zimmermann, porte-parole de La Quadrature du Net, a répondu ce 11 février 2010 que

La protection de l’enfance est honteusement instrumentalisée par Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux pour mettre en place un dispositif ouvrant la porte à d’importantes censures collatérales et aux pires dérives. Après l’HADOPI, la LOPPSI : la machine sécuritaire gouvernementale se met peu à peu en place pour tenter de contrôler Internet, au mépris des libertés.

Non seulement LOPPSI 2 vise à un filtrage de l’internet mais d’autres mesures sécuritaires seront également mise en place, comme par exemple l’installation massive de caméras dans les lieux publics (leur nombre sera triplé de 20- à 60000) pour une meilleure “vidéoprotection” des citoyens français.

2 Comments leave one →
  1. March 1, 2010 7:32 am

    BON DEPART

Trackbacks

  1. Internetsperren in Frankreich « vasistas?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: